// vous lisez...

ponctualités

:: sujets du bac 2009 ::

L

 

Sujet 1

Le langage trahit-il la pensée ?

Sujet 2

L’objectivité de l’histoire suppose-t-elle l’impartialité de l’historien ?

Sujet 3

Expliquez le texte suivant :

Il n’y a pas de satisfaction qui d’elle-même et comme de son propre mouvement vienne à nous ; il faut qu’elle soit la satisfaction d’un désir. Le désir, en effet, la privation, est la condition préliminaire de toute jouissance. Or avec la satisfaction cesse le désir et par conséquent la jouissance aussi. Donc la satisfaction, le contentement ne sauraient être qu’une délivrance à l’égard d’une douleur, d’un besoin ; sous ce nom, il ne faut pas entendre en effet seulement la souffrance effective, visible, mais toute espèce de désir qui, par son importunité, trouble notre repos, et même cet ennui qui tue, qui nous fait de l’existence un fardeau. Or c’est une entreprise difficile d’obtenir, de conquérir un bien quelconque ; pas d’objet qui ne soit séparé de nous par des difficultés, des travaux sans fin ; sur la route, à chaque pas, surgissent des obstacles. Et la conquête une fois faite, l’objet atteint, qu’a-t-on gagné ? Rien assurément, que de s’être délivré de quelque souffrance, de quelque désir, d’être revenu à l’état où l’on se trouvait avant l’apparition de ce désir. Le fait immédiat pour nous, c’est le besoin tout seul c’est-à-dire la douleur. Pour la satisfaction et la jouissance, nous ne pouvons les connaître qu’indirectement ; il nous faut faire appel au souvenir de la souffrance, de la privation passée, qu’elles ont chassées tout d’abord. Voilà pourquoi les biens, les avantages qui sont actuellement en notre possession, nous n’en avons pas une vraie conscience, nous ne les apprécions    pas ; il nous semble qu’il n’en pouvait être autrement ; et, en effet, tout le bonheur qu’ils nous donnent, c’est d’écarter de nous certaines souffrances. Il faut les perdre pour en sentir le prix ; le manque, la privation, la douleur, voilà la chose positive, et qui sans intermédiaire s’offre à nous.

Schopenhauer, Le Monde comme volonté et comme représentation

La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise. Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question

 

ES

 

Sujet 1

Que gagne-t-on à échanger ?

Sujet 2

Le développement technique transforme-t-il les hommes ?

Sujet 3

Expliquez le texte suivant :               

Quant à savoir s’il existe le moindre principe moral qui fasse l’accord de tous, j’en appelle à toute personne un tant soit peu versée dans l’histoire de l’humanité, qui ait jeté un regard plus loin que le bout de son nez. Où trouve-t-on cette vérité pratique universellement acceptée sans doute ni problème aucun, comme devrait l’être une vérité innée ? La justice et le respect des contrats semblent faire l’accord du plus grand   nombre ; c’est un principe qui, pense-t-on, pénètre jusque dans les repaires de brigands, et dans les bandes des plus grands malfaiteurs ; et ceux qui sont allés le plus loin dans l’abandon de leur humanité respectent la fidélité et la justice entre eux. Je reconnais que les hors-la-loi eux-mêmes les respectent entre eux ; mais ces règles ne sont pas respectées comme des lois de nature innées : elles sont appliquées comme des règles utiles dans leur communauté ; et on ne peut concevoir que celui qui agit correctement avec ses complices mais pille et assassine en même temps le premier honnête homme venu, embrasse la justice comme un principe pratique. La justice et la vérité sont les liens élémentaires de toute société : même les hors-la-loi et les voleurs, qui ont par ailleurs rompu avec le monde, doivent donc garder entre eux la fidélité et les règles de l’équité, sans quoi ils ne pourraient rester ensemble. Mais qui soutiendrait que ceux qui vivent de fraude et de rapine ont des principes innés de vérité et de justice, qu’ils acceptent et reconnaissent ?

                                                                  LOCKE, Essai sur l’entendement humain

La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise. Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.

 

S

Sujet 1

Est-il absurde de désirer l’impossible ?

Sujet 2

Y a-t-il des questions auxquelles aucune science ne répond ?

Sujet 3

Expliquer le texte suivant :

Les affaires générales d’un pays n’occupent que les principaux citoyens. Ceux-là ne se rassemblent que de loin en loin dans les mêmes lieux ; et, comme il arrive souvent qu’ensuite ils se perdent de vue, il ne s’établit pas entre eux de liens durables. Mais quand il s’agit de faire régler les affaires particulières d’un canton par les hommes qui l’habitent, les mêmes individus sont toujours en contact, et ils sont en quelque sorte forcés de se connaître et de se complaire. On tire difficilement un homme de lui-même pour l’intéresser à la destinée de tout l’État, parce qu’il comprend mal l’influence que la destinée de l’État peut exercer sur son sort. Mais faut-il faire passer un chemin au bout de son domaine, il verra d’un premier coup d’œil qu’il se rencontre un rapport entre cette petite affaire publique et ses plus grandes affaires privées, et il découvrira, sans qu’on le lui montre, le lien étroit qui unit ici l’intérêt particulier à l’intérêt général. C’est donc en chargeant les citoyens de l’administration des petites affaires, bien plus qu’en leur livrant le gouvernement des grandes, qu’on les intéresse au bien public et qu’on leur fait voir le besoin qu’ils ont sans cesse les uns des autres pour le produire. On peut, par une action d’éclat, captiver tout à coup la faveur d’un peuple ; mais, pour gagner l’amour et le respect de la population qui vous entoure, il faut une longue succession de petits services rendus, de bons offices obscurs, une habitude constante de bienveillance et une réputation bien établie de désintéressement. Les libertés locales, qui font qu’un grand nombre de citoyens mettent du prix à l’affection de leurs voisins et de leurs proches, ramènent donc sans cesse les hommes les uns vers les autres, en dépit des instincts qui les séparent, et les forcent à s’entraider.

TOCQUEVILLE, De la Démocratie en Amérique

La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise. Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.

 

Bookmark and Share

Discussion

11 commentaires pour “:: sujets du bac 2009 ::”

  1. Merci bcp de ns avoir autant parlé de la langue. Ca pouvait pas mieux tomber comme sujet !!!

    Posté par Une élève | juin 20, 2009, 2 h 00 min
  2. Bonjour monsieur.
    Alors voila les resultats tombent.
    Et c’est une grande surprise pour moi.
    J’ai mon bac avec une mention assez bien certainement grace a la philosophie.
    En effet, j’ai eu 16 sur 20 en philo!!
    Je pensais avoir rater la philo je me suis trompé!! quelle belle surprise!!!
    Merci a vous pour cette année d’apprentissage!!

    Posté par Audinet | juillet 7, 2009, 11 h 00 min
  3. Bonjour monsieur! Voilà, moi qui croyais avoir raté, j’ai quand même réussi a avoir 13/20 en philo! Je suis très heureuse: Bac mention assez bien + mention classe européenne! Je souhaite aussi vous remerciez car vous êtes un très bon prof, à l’écoute des élèves et j’ai vraiment apprécié tout au long de l’année, merci pour tout!!!

    Posté par Damis Alexandra | juillet 7, 2009, 11 h 21 min
  4. Bonjour monsieur! Moi qui m’attendais à ne pas avoir la moyenne en philo, je m’en sors avec 11, ce qui est pour moi correct par rapport à mon niveau de cette année. En tout cas merci d’avoir insisté sur le langage, c’était parfait. Même si vous m’avez parfois agacé, vous êtes un très bon prof, à l’écoute, et votre rigueur vis à vis de la méthodologie et du contenu de nos dissertations nous a, il me semble, fortement été favorable pour le bac. Continuez ainsi, vos cours sont parfaits. PS: j’allais oublier l’essentiel; j’ai mon Bac mention assez bien (en grande partie grâce à la philo et l’espagnol)+ mention classe européenne…Merci pour tout. Passez de bonnes vacances.

    Posté par Asloun Lisa | juillet 7, 2009, 14 h 45 min
  5. Bon bah voilà, un joli 15 avec le sujet sur le langage pour moi, et une mention très bien que je n’espérais pas !
    Merci pour cette année, mon seul regret étant qu’on n’ait pas commencé la philo(sophie, pardon) en 1ère pour être plus à l’aise, et également le manque de contrôles en début d’heure ! Parce que c’est vraiment efficace.
    Je vous souhaite une bonne continuation, de torturer encore beaucoup d’élèves, et bien sûr de leur faire terminer votre “AàZ manuscrit” avant la retraite (vous avez le temps, je crois). Bonnes vacances !

    Posté par Mélisande S. | juillet 8, 2009, 17 h 49 min
  6. Meilleure note de tout l’année au bac (16) grâce à mon ami Schopenhauer ..

    Merci encore pour cette année de découverte et de réflexion qui je suis sûre portera ses fruits au delà de toute scolarité .

    Bonnes vacances à vous .

    Posté par Léna Braud | juillet 8, 2009, 20 h 38 min
  7. Je vais essayer de ne pas faire de répetition, mais ca me semble difficile. En effet, c’est aussi ma meilleure note de l’année : 14 ! En tout cas merci et bonnes vacances.

    Posté par Métier Ninon | juillet 11, 2009, 19 h 51 min
  8. qui l’aurait cru, 11 (pour Ines, sujet sur le desir) et 12 (pour Albane sur l’etude de texte)!
    merci monsieur

    Posté par Ines BARON GARCIA et Albane DIARD de Seoul | juillet 17, 2009, 7 h 48 min
  9. Bonjour monsieur, je souhaitais vous remercier pour cette année riche en apprentissage de la philosophie avec vous. Au bac j’ai choisi le sujet sur l’histoire et j’ai eu 11, j’étais contente car au début de l’année j’avais 6. Merci pour tout et continuez ainsi!

    Au revoir

    Marianne(Tl1)

    Posté par Marianne bernier | juillet 17, 2009, 11 h 10 min
  10. Désolé pour le retard, mais on ne change pas les bonnes habitudes.
    Pour ma part j’ai obtenu la note de 8/20 en philo. Ce n’est pas très glorieux, mais plutot a l’image de l’année. Malgré cela j’ai eu mon BAC avec mention AB.
    Bonne fin de vacances et un grand merci pour cette année de philosophie.

    Posté par HILLAIRET Baptiste | août 6, 2009, 17 h 32 min
  11. Bonjour monsieur, je vous donne ma note de philo très tardivement (mais je viens juste d’avoir une connexion à internet).Au bac j’ai choisi la dissertation sur les échanges et j’ai eu 13.Voilà, merci à vous pour cette année très enrichissante. Bonne continuation.

    Posté par Clarisse Limousin | octobre 2, 2009, 19 h 23 min

Poster un commentaire


× 3 = 15

Catégories

  • Pas de catégorie

Articles récents